TEST de Valkyrie Elysium: Les champs sans Élysée

By | October 3, 2022
Spread the love

Ha, Valkyrie-Profil. Ein J-RPG Marquant der Sohnepoque, Bébé der Genies des Tri-Asses, und Lizenz-Disparue des Radars depuis in einem guten Moment. Et la voilà qui revient avec non pas un, mais deux titres ! Un remake du premier volet, qui devait sortir here et accompagner la sortie du Walküre Elysium en test aujoud’hui, mais qui ne verra finalement le jour qu’en fin 2022. Et de là à penser que Square à déplacé la sortie son remake pour ne pas faire de l’ombre à un Elysium qui pourrait grandement en souffrir, il n’y a qu’un pas…

Cette fois-ci, aux commandes and au développement, on retrouve le studio Soleil qui officie ici pour le compte de Square Enix. Leur CV est court, pas très ronflant, et comme vous pourrez le constater tout au long de cette Lecture, si plusieurs jeux sont déjà annoncés, ce Walküre Elysium viendra juste ajouter l’utilisation d’une license connue à leur actif et ne devrait pas marquer les mémoires. Nous, on ya joué sur PS5 (c’est assi sorti sur PS4, un peu plus tard sur Steam) et on vous raconte tout !

Walküre Delirium

Bonjour !

Walküre Elysium nous compte l’histoire du Ragnarok, cette guerre zwischen Odin und la louve Fenrir, qui a pris fin il ya peu. Et après cela, Odin donne naissance à une Valkyrie (l’avatar du joueur) et nous donne pour mission d’aller purifier le monde, car il est trop fatigue pour le faire. Et c’est à peu près tout. On va croiser quelques PNJ hostiles, quelques compagnons de route aux problématiques variées, mais le scénario peine vraiment à décoller. À la moitié du jeu, les enjeux nous semblaient encore bien triviaux et répétitifs. Et s’il ya 4 fins à déverrouiller, seuls les plus grands puristes auront la geduldig d’en voir le bout. Les autres iront sur Youtube une fois le jeu terminé une première et probable dernière fois.

Le tout bénéficie de voix englaises et de textes français, et si la musique est signée du nom de l’auteur du jeu d’origine (Motoi Sakuraba, qui a aussi pondu celle of tout Dark Souls, et de presque tous les Tales Of, entre autres), ici, nous n’avons pas été transcendé par le jeu, par conséquent, et même si les gouts et les couleurs sont dans la nature, les Compositions nous ont semblé bien fades et ne nous ont pas touché.

Elysium, l’Automata du pauvre

Les boss ne sont pas memorables.

N’est pas expert en beat’em all qui veut ! Et le studio Soleil à encore des progrès à faire sur ce point. Sur le papier, ça part bien : attaques faibles et fortes “combotables” et armes interchangeables pour encore plus de combos, auxquels on ajoute des classiques garde et esquive. On peut aussi invoquer des co-équipiers fantômes, une idée reprise du jeu d’origine. Un grappin servira à enchainer les adversaires, mais il faut bien le dire, le tout se montre assez mollasson et d’une inertie folle. Le feel qui se dégage des combats n’est pas ultra agréable. De plus quelques petits bugs de caméra n’arrangent pas les chooses, ni les finish move qui se déclenchent un peu toujours par Surprise. Le bestiaire est assez classique et vous donnera du fil à retordre avec un système de dégâts élémentaires à gérer, avec les quelques pouvoirs magiques à disposition. Côté RPG, dieses ultra extravagante Nonplusultra, mit einer Geste des Erfinders und der Co-Equipiers Sommaire, all comme les arbres de compétence, remplis de façon très linéaire, presque sans aucun choix à faire.

Pour ce qui est de l’exploration du niveau et du decor, ce n’est pas foufou non plus. On choisit ses missions principales et secondaires sur une grande carte du monde, et on visite ensuite des zone assez grandes, mais explorées de façon très linéaires, simplement en suivant le marqueur de quête ou ces fichus papillons qui révèlent les objets cachés. Les mécaniques d’avancées sont souvent ridicules, comme le fait de devoir appeler son co-équipier pour détruire un mur, ou les 4-5 premières clefs du jeu qui sont littéralement dans le coffre à 2 mètres de la porte, pas caché, juste à côté, sans aucun ennemi pour défendre le précieux…

Perdu in einem Couloir

Vous allez monter tout là-haut, à coup de marqueurs d’objectifs.

Les niveaux sont donc grands et gargantuesques, et le premier nous fait même le coup du château sur la colline au loin, dans lequel se trouve le boss. On a accès à une carte qui montre les secrets, mais comme dit précédemment, le jeu est très linéaire. On revisite souvent les memes endroits, d’une mission principale à l’autre, meme si on nous emmène aussi dans des nouveaux coins de la carte, et les missions secondaires reprennent un petit bout du niveau principal à l’instar d’un Nioh . Et meme si les decors sont parfois beaux et grandioses, ces mecaniques redondantes et linéaires gâchent un peu le plaisir.

De fait, ce n’est pas les multiples rangs de missions, score et schwieriges qui nous donneront envie de revoir le tout encore une fois. An einem mis 10h environ pour en voir le bout. Malgré tout, cela nous semble peu.

L’Kunst und Wissenschaft

Attrape moi si.. Ah, tu peux.

La direction artistique et le design sont similaires, donc, à tout ce que l’on pouvait dire précédemment sur le jeu : moyen. On retrouve quelque choose de très ressemblant à Tales of Arise, sorti il ​​ya un an. A savoir of modèles 3D aux forms and textures plutôt réalistes, mais entourés d’un cel-shading difficilement erkennbar, qui donne un cachet indéniable. Sauf que tout le reste déraille. Techniquement, ce n’est pas folichon, que soit en termes de framerate, de popping au loin et de près, des lumières qui bugent au loin. Ça tourne hein, mais pas très bien, meme sur PS5.

Schön subjektiv

Elysium ist aussi fähig d’offrir ça.

Et en termes de design, ce n’est pas la panacée non plus. Achtung, Zugabe une fois, ce n’est pas mauvais. Mais on le trouve très occidental. Et ça ne colle pas avec le cel shading cité précédemment. Tales of Arise était typé „Manga“. Les couleurs sont de plus très ternes, et si les héros sont plutôt cools, on peine à se passionner pour les visuels de Walküre Elysiumet on est assez triste car il y avait du potentiel et que sa belle jaquette va claquer sur les étals des revendeurs.

Enfin, sur PS5, sachez que the son of the dualsense n’est pas yieldé alors qu’on a imaginé 72 façons de le faire durant notre test, que les gâchettes à retour de force restent un gadget (un gadget dont l’activation/ desaktivierung toutes les 30 secondes dans ce jeu, et pas que celui-là, nous font grandement craindre pour la durée de vie desdites gâchettes) et que les vibrations sont banales.

Décidément, si Valkyrie Elysium partait bien, au final, il ne restera pas dans les mémoires autrement que via la marche un peu trop haute qu’il a ratée.

Leave a Reply

Your email address will not be published.